Chez Pacifica, l’odieux le dispute au stupide

La petite Lanna est parfaitement sanglée dans son fauteuil de bébé à l’arrière de la voiture. Elle s’est endormie. Et dans le coffre, le chien dort aussi. On n’est plus loin de la maison, ce 29 octobre 2016, quand le père de Lanna voit surgir une voiture qui vient droit sur lui. On saura plus tard qu’elle est conduite par un chasseur qui s’est endormi au volant avec deux grammes d’alcool dans le sang. Devant le danger, le papa de Lanna tente de braquer à droite pour éviter le choc. Mais il est trop tard. Trop tard pour Julie la maman de Lanna qui est sérieusement blessée. Trop tard pour l’enfant de 19 mois, en arrêt cardiaque, le cou fracturé.

L’équipe du SAMU se concentre sur Lanna et parvient, à coup d’injection d’adrénaline, à faire repartir le cœur. L’état de l’enfant semble grave. Il faudrait la transférer vers un hôpital doté d’un service de neurochirurgie pédiatrique. mais la météo empêche tout transfert par hélicoptère. L’ambulance arrive au Centre hospitalier de Nevers à 21h54. L’état cardiaque de Lanna est toujours instable et le scanner révèle une fracture gravissime des deux première cervicales avec luxation des articulations et déplacement de 12 mm des vertèbres. On continue à maintenir le cœur de Lanna à coup d’adrénaline tandis qu’on cherche désespérément un neurochirurgien à Dijon puis à Clermont Ferrand. A minuit seize, la petite fille fait un nouvel arrêt cardiaque. Les pédiatres de Nevers et Dijon se parlent au téléphone :au vu de la gravité de l’état clinique, l’acharnement est inutile. Lanna est décédée. Dans l’émotion, le jeune médecin, encore peu familier avec le vocabulaire médico-légal, écrit sur l’acte de décès: « mort naturelle, réelle et constante ».

Les parents de Lanna ne sont pas bien riches. Ils se tournent vers leur assureur pour que leur bébé soit néanmoins enterrée dignement. Le monument qu’ils ont choisi pour qu’il reste trace de cette petite vie, coûte 7.000 euros. Mais Pacifica, leur assureur, refuse d’avancer l’argent. Même si la facture sera, au bout de la procédure, payée par l’assureur du responsable de l’accident. Assigné par mes soins, et malgré la réalité de l’accident et le compte rendu détaillé du SAMU, Pacifica refuse toujours l’agent pour payer les pompes funèbres. Motif ? L’acte de décès mentionne : « mort naturelle »; il n’y a donc pas de lien avec l’accident.

Je ne doute pas que le tribunal saura lire ce que Pacifica refuse de voir et que la compagnie d’assurance sera condamnée à payer. Mais il est des circonstances où l’odieux le dispute au stupide. Dans ces cas là, je donne les noms que je masque d’habitude. J’invite aussi tous mes lecteurs à diffuser largement cette histoire sur les réseaux sociaux et auprès de tous ceux qui auraient l’intention de s’assurer chez Pacifica. Pour la mémoire de la petite Lanna, victime deux fois de la connerie humaine.
.

Share
Ce contenu a été publié dans Accidents de la route. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Chez Pacifica, l’odieux le dispute au stupide

  1. Bianchini dit :

    La compagnie Allianz à refusé pendant plus d’un de rembourser les frais d’obsèques de nos 3 enfants (ma fille et 2 de ses amis) tués par l’un de leurs assurés, au motif que les monuments choisis étaient « trop beaux et trop onéreux », poussant la honte jusqu’à indiquer que l’une des familles avait choisi un caveau 3 places, et que celui ci ne serait remboursé qu’au tiers ……
    J’ai donc contacté Mme Charlotte Rampling, qui fait de la publicité pour cette compagnie et qui est intervenue personnellement, merci à cette grande dame …..
    Honte à ces maquereaux d’ assureurs, juste bon à encaisser notre pognon, sponsors des jeux olympiques, brassant des millions d’euros et mégotant sur la mort de 3 enfants de 20 ans ……

  2. morelle dit :

    les assureurs sont des voleurs qui t’envoient des soit disant experts dans le seul but de diminuer au maximum les indemnisations qu’ils doivent régler aux proches ! qui te disent que tu dois pouvoir stopper ta moto quand un mur routier surgit devant toi et enfin qui ne veulent pas prendre comme ressources le chômage de la victime , privant ainsi sa compagne de tout dédommagement pour perte de ressources ! merci Axa .

  3. marie louise bunlet dit :

    la réalité est que c ‘est comme ça que ça se passe avec bon nombre de compagnies d’assurances ! Toutes se renvoient la balle et les procédures sont longues et sans issues

    inhumain et scandaleux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Please enter the CAPTCHA text

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>