Taxer les délinquants pour aider les victimes

Faut-il majorer de 1 % toutes les amendes infligées chaque année par la justice aux délinquants pour financer  les associations d’aide aux victimes ? C’est la question que pose le ministre de la Justice, Christiane Taubira. Elle a confié sur ce sujet une mission de réflexion à Madame Nathalie Nieson, député de la Drôme.

Si cette parlementaire me fait l’honneur de me consulter, je répondrais sans hésiter que cette mesure est à la fois nécessaire et urgente.

Nécessaire parce que les associations d’aide aux victimes remplissent une fonction essentielle qu’aucun organisme public n’est en mesure d’assurer. J’ai été moi même gravement blessée dans un accident de voiture. Et j’ai milité ensuite pendant dix ans comme vice-présidente de la Fondation Anne Cellier contre l’insécurité routière. A ce double titre, je connais l’isolement, la détresse  de tous ceux qui sont subitement meurtris dans leur chair ou dans leur vie par l’agression ou l’accident. Je sais quel réconfort peut apporter alors le contact téléphonique avec un bénévole qui sait écouter , conseiller, l’échange avec une autre personne qui a réussi à surmonter sa souffrance ou son deuil pour parvenir à aider les autres.

Ce travail discret, anonyme qu’accomplissent chaque jour quelques associations d’aide  est d’autant plus essentiel qu’aujourd’hui, la justice, asphyxiée par le manque de moyens, est lente à répondre aux demandes des victimes. Attendre des mois un procès verbal d’accident, le jugement d’un responsable, les premières provisions qui vous permettront de faire face à la situation, peut se révéler dramatique. L’écoute, les conseils des associations sont alors les seuls garde fous contre la dépression ou la tentation de la vengeance. Les seuls alliés, souvent, contre les pièges tendus par les assureurs.

Aider au financement de ces associations relève de l’urgence. Elles ne vivent le plus souvent que de la générosité de leurs membres ou des subventions publiques. La première comme les secondes se font rares avec la crise. Bon nombre de petites associations ont déjà mis la clé sous la porte depuis deux ans. Les plus importantes se demandent avec angoisse comment elles pourront maintenir leur permanence téléphonique ou leur site internet.

Je souhaite donc que le gouvernement mette rapidement en place cette taxe sur les amendes infligées aux délinquants. Avant que ne soient anéanties des années de travail et d’engagements. Les 5 millions d’euros que les pouvoirs publics semblent attendre de cette « contribution victimes » peuvent sauver des associations qui risquent de ne pas passer l’hiver.

Puis-je formuler deux autres voeux ? Il est indispensable que les associations d’aides aux victimes de la route bénéficient d’une part importante de ces fonds. Avec cinq milles tués et cent mille blessés par an,  l’insécurité routière fait encore hélas le plus grand nombre de victimes gravement atteintes. Et elle représente également le plus grand nombre de délits sanctionnés : plus de 270.000 condamnations en 2011 pour conduite en état d’ivresse, sans permis ou trés grand excés de vitesse contre 100.000 seulement pour atteintes aux personnes et 125.000 pour atteintes aux biens. Même si les médias se passionnent davantage pour les meurtres, les agressions ou les attaques à main armée, la France reste majoritairement un pays de délinquance routière. Il ne faut pas l’oublier.

Et puisque le Français confond trop souvent sa voiture avec une arme de poing, j’ose une deuxième demande qui ne me vaudra pas que des amis. Pourquoi ne pas étendre la « contribution victime » aux  contraventions pour excès de vitesse constatées par les radars ? La mesure serait morale : la vitesse est, on le sait,  la cause principale des accidents. Elle serait aussi pédagogique : l’opinion saurait que la sanction de ces excès quotidiens, souvent mal comprise,  aide aussi ceux qui en sont un jour les victimes.

Share
Ce contenu a été publié dans Accidents de la route, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Please enter the CAPTCHA text

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>