Morts et blessés en hausse sur la route : c’est un grave échec pour MM. Valls et Hollande

Le ministre de l’Intérieur a donné les chiffres de l’année 2016. Et ils sont terrifiants : 57.251 accidents ont fait sur la route 3.469 morts et 72.199 blessés. Tous les indicateurs sont catastrophiques: le nombre de morts est en hausse par rapport à 2015 et 2014. Celui des accidents et des blessés graves aussi. Pour la troisième année consécutive, la mort a gagné la partie. La sécurité routière n’a pas connu une telle défaite depuis 40 ans ! Le gouvernement ne peut pas se contenter de dire qu’il a stabilisé la situation. En novembre 2012, Manuel Valls, avait promis que le nombre de morts sur la route passerait, en 2020, sous la barre des 2.000 tués par an. Quatre ans plus tard, l’échec est éclatant. Au lieu d’amorcer sa décrue, le nombre de victimes n’a pas cessé d’augmenter. L’objectif de 2020 ne sera pas atteint. Concrètement, c’est des centaines de vies sacrifiées quand on aurait pu les sauver.
Ce bilan est d’autant plus désastreux que, par ailleurs, les véhicules sont de plus en plus sécurisés. Ceintures, airbags, aides automatiques à la conduite nous protègent. Malgré leur efficacité le carnage continue. Car les usagers de la route sont de plus en plus irresponsables. On connait le palmarès de l’incivilité. Mais il n’est pas inutile de rappeler que la vitesse est la première cause d’accidents mortels (32 % des cas), loin devant l’alcool (20 %, le non respect des priorités (13 %) les stupéfiants (9 %, les malaises ou l’endormissement au volant ( 3%). N’en déplaise aux associations d’automobilistes qui continuent bêtement à demander la suppression des radars. Des radars, il en faudrait davantage pour stopper un tel dérapage des conducteurs. Comme il faudrait davantage de contrôles sur les routes et des peines moins symboliques contre les chauffards dans les tribunaux.
François Hollande et Manuel Valls portent la lourde responsabilité de ce drame. Et Nicolas Sarkozy, quand il était président, n’a pas été meilleur. Ils n’ont pas su poursuivre la politique menée par le président Jacques Chirac. Ils ont laissé déraper les comportements des conducteurs sans renforcer les contrôles et les sanctions. Ils ont reculé devant la désinformation des lobbies de la vitesse et pris trop tard les mesures nécessaires pour améliorer l’efficacité des radars. Aux décisions courageuses, ils ont préféré de vagues expérimentations.
J’espère que la prochaine équipe au pouvoir fera preuve d’un plus grand courage politique. Va-t-on continuer à fermer les yeux devant la vitesse, l’alcool, la drogue et le téléphone au volant pour ne pas fâcher l’électeur ? Doit-on accepter toutes ces vies brisées ou mutilées parce que les conducteurs seraient intouchables ? Hélas, alors que des milliers de vies sont en jeu, je n’entends, à droite comme à gauche, aucune proposition des candidats à la présidence de la République.

Share
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Please enter the CAPTCHA text

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>